Visualiser les données maritimes à Madagascar

Visualiser les données maritimes à Madagascar by 16 février 2017

Chaque jour des milliers de données d’intérêt maritime sont collectées et stockées par diverses sources, mais elles doivent être sélectionnées, partagées et mises en forme pour être interprétables et devenir ainsi un outil de surveillance maritime. Grâce au programme européen CRIMARIO, avec le soutien du Centre Régional de Fusion des Informations Maritimes (CRFIM), onze professionnels de Madagascar ont consolidé leurs compétences en visualisation des données d’intérêt maritime, du 30 janvier au 10 février à Antananarivo.

Les Etats se doivent d’assurer la sûreté et la sécurité maritimes dans leurs eaux mais également en haute mer. Cependant pour agir en mer, il faut avoir connaissance des événements qui s’y déroulent. L’échange d’informations est donc au cœur de l’efficacité de l’action d’un Etat en mer. En premier lieu, cet échange doit se faire entre les différentes administrations (Transport, Marine nationale, Police, Ports, Douanes, Pêche, etc.) parce que tous les évènements ne relèvent pas d’un seul ministère. En deuxième lieu, l’échange se construit entre les Etats partenaires dans le cadre d’une coopération régionale, car la haute mer, espace international, ne doit pas être le refuge des contrevenants et des criminels.

Le projet européen CRIMARIO a mis l’échange d’informations d’intérêt maritime au cœur de son action. Ses actions de formation entreprises dans la région visent au renforcement des compétences des états riverains de l’Océan indien dans ce domaine. Du 30 janvier au 10 février, onze professionnels de Madagascar ont manipulé de manière intensive des données de positionnement de navires, en les retraitant à l’aide de tableur, base de données et logiciel de cartographie (SIG). Ayant acquis une grande aisance informatique, ils sont à même de sélectionner les données pertinentes, de cartographier les mouvements des bateaux, et d’analyser leurs trajets. Ces professionnels ont été retenus à l’issue de tests, passés lors d’une première session, organisée à Antananarivo en décembre dernier.

A l’issue de cette deuxième session, certains participants, ayant passé avec succès les tests de contrôle, seront sélectionnés pour devenir des formateurs, lors d’une une formation spécifique du 20 mars au 7 avril 2017 Madagascar.

L’objectif de ce cursus est que Madagascar dispose d’un pool de spécialistes à même d’identifier des comportements suspects de navires, de les vérifier et les partager au niveau national et/ou régional puis d’alerter les responsables.

Les 11 participants proviennent de plusieurs administrations impliquées dans l’action de l’Etat en mer à Madagascar : Secrétariat d’Etat chargé de la Mer; Institut géographique (FTM); Ministère en charge des Projets Présidentiels et de l’Aménagement du Territoire; Centre de Surveillance des Pêches; Centre Régional de Fusion d’Information Maritime (CRFIM); Ministère de la Défense Nationale; Direction générale des Douanes.

CRIMARIO travaille en coopération étroite avec le CRFIM (Centre régional de fusion de l’information maritime); la mission de ce centre s’articule autour de la collecte, l’analyse et la fusion d’informations maritimes afin d’anticiper les risques et menaces maritimes dans la côte ouest de l’Océan indien.

En 2017, un deuxième cursus, centré sur l’analyse des données d’intérêt maritime, sera également lancé par CRIMARIO au profit de Madagascar.