Pêche illégale : des chalutiers chinois pris en flagrant délit à Djibouti

Pêche illégale : des chalutiers chinois pris en flagrant délit à Djibouti by 16 juillet 2017

Six chalutiers sous pavillon chinois ont été repérés ces dernières semaines au large de la ville d’Obock, à Djibouti. La zone, très poissonneuse, est une aire maritime protégée où la pêche industrielle est interdite. Pêcheurs, habitants et activistes se sont mobilisés contre ce pillage de leurs ressources, et ont obtenu gain de cause.

Hamid, un étudiant et activiste djiboutien à l’étranger, a alerté la rédaction des Observateurs de France 24 sur un cas de pêche illégale. Un chalutier sous pavillon chinois, le Fu Yuan Yu 98 86, a ratissé le fond de la mer Rouge à moins de cinq kilomètres au large des côtes des villages de Godoria et Khor Angar, entre le 24 avril et le 3 mai 2017. Accompagné de quatre pêcheurs locaux à bord d’un petit bateau, notre Observateur Houssein Mohamed Houmed Ganito a réussi à filmer le navire en train de remonter son filet plein de poissons, le 27 avril.

Dans la petite ville d’Obock, où près de 60 personnes vivent de la pêche, la population s’est mobilisée contre cette pêche industrielle et illégale, conduite par six navires repérés au large de ses côtes.

Découvrir le reportage de France 24