Conférence sur la sécurité maritime à Maurice

Conférence sur la sécurité maritime à Maurice by 14 juin 2018

Les 28 et 29 avril derniers ont été un moment historique pour les pays de l’océan Indien : en effet, 5 d’entre eux (Maurice, Seychelles, Comores, Madagascar et Djibouti) ont signé deux accords intergouvernementaux, l’un sur le partage de l’information maritime, le second sur la coordination des opérations en mer.

Plus de 150 délégués représentant 25 États et 16 organisations régionales ou internationales ont œuvré les 26 et 27 pour rédiger une déclaration ministérielle et finaliser les conclusions des groupes de travail :

– mécanismes régionaux de sécurité maritime ;
– lutte contre le terrorisme ;
– lutte contre les trafics transnationaux ;
– risques de catastrophes en mer.

Ces accords jettent les bases d’une coopération renforcée entre les pays riverains de l’océan Indien, en espérant que d’autres se joindront à eux, à l’image de la France qui a annoncé sa signature dans les prochains mois.

Ce succès est à porter au crédit de la présidence mauricienne de la COI ainsi qu’à son bras armé, le programme MASE qui s’est employé depuis des années à élaborer ces textes. Il a aussi rédigé les termes de référence des prochains officiers de liaison internationaux (OLI) qui appuieront très prochainement le CRFIM installé à Antanarivo et le CRCO basé à Mahé ainsi que le texte de gouvernance de ces mêmes centres.

Cet accord sur l’échange d’informations maritimes tombe à point nommé pour la plateforme de partage de l’information IORIS proposée par le projet CRIMARIO dont la première version a été livrée et vérifiée par l’équipe les 12 et 13 avril à Mahé, juste avant la première formation donnée par l’entreprise Polymorph aux représentants envoyés par nos partenaires. Elle sera l’outil qui permettra de diffuser l’information maritime dans l’ensemble des pays de la région puis, le cas échéant, d’agir en coopération pour lutter contre les menaces que représentent les trafics en tous genres (drogue, armes, etc.), la pêche illicite, la piraterie, mais aussi pour préserver ce magnifique environnement qu’est l’océan Indien.

Cette série de réunions s’est achevée le 30 avril par une réunion destinée à préparer l’ordre du jour de la session plénière du CGPCS qui aura lieu à Nairobi début juillet.

Le projet européen CRIMARIO était représenté par l’amiral Cloup-Mandavialle, coordinateur du projet.

Lire la Déclaration des ministres des États de l’Afrique orientale et australe et de l’océan Indien

Lire les Conclusions et recommandations des tables-rondes thématiques