Retour d’expérience de l’exercice maritime régional CRIMARIO- MASE : CRIMASREX 21/1

Retour d’expérience de l’exercice maritime régional CRIMARIO- MASE : CRIMASREX 21/1 by 8 octobre 2021

Le débriefing de l’exercice maritime régional CRIMARIO- MASE 21/1 (CRIMASREX 21/1), s’est déroulé le jeudi 30 septembre 2021 en présence de 17 agences participantes de 7 pays de l’océan Indien occidental. Organisé par le projet CRIMARIO en collaboration avec le programme MASE, mis en œuvre par la Commission de l’océan Indien et financé par l’Union européenne, cette conférence avait pour objectif de faire part des résultats positifs de l’exercice et d’avoir un retour d’expériences des participants. Cet exercice d’état-major (tabletop exercise), qui simulait une crise sanitaire en mer a vu une excellente mobilisation de tous les centres de coordination des secours en mer (CROSS), soutenus par le Centre régional de fusion d’information maritime (CRFIM) et le Centre régional de coordination des opérations (CRCO). Il revêt un intérêt stratégique car l’exercice a permis de réunir, pour la première fois, plusieurs entités nationales et régionales autour d’un même thème soit le partage et l’échange d’information dans le cadre des recherches & sauvetage en mer.

Télécharger le communiqué de presse

Des participants satisfaits par cet exercice régional d’état-major

La conférence de Retour d’Expérience (RETEX) de CRIMASREX 21/1 était conduite par Olivier Bézier, responsable des exercices du projet CRIMARIO avec le soutien de l’équipe technique du programme MASE. Au cours de cette dernière, la COI s’est félicitée des résultats positifs de CRIMASREX 21/1 et a encouragé les Etats signataires des accords MASE et les pays voisins à tirer le meilleur parti de cet exercice. Ceci en examinant leur état de préparation et leur capacité à partager et échanger des informations, à agir en temps voulu en apportant les premières réponses et à promouvoir une opération régionale coordonnée en mer.

Cet exercice d’état-major a porté sur une crise en mer où plusieurs opérations de soutien sanitaire puis de recherches en mer, ont été successivement déclenchées. Au cours des deux premiers jours, sept navires ont simulé un incident majeur d’intoxication alimentaire à bord, et le troisième jour, deux avions ont simulé un crash dans la zone. Les centres de coordination des secours maritimes (CROSS) ont été chargés de coordonner les réponses au niveau national, tout en informant les centres régionaux de la COI (CRFIM et CRCO) de l’évolution de la situation, ces derniers évaluant les origines de la menace pour mieux apprécier les conséquences potentielles.

L’utilisation intensive de la plate-forme de communication et de coordination IORIS, couplée à d’autres systèmes de surveillance, a facilité la mobilisation simultanée et rapide des acteurs dans toute la zone couverte par la crise.

Principaux enseignements

A l’issue de ce premier exercice complet de recherche et de sauvetage/incident sanitaire, les centres participants ont pu évaluer leurs procédures organisationnelles respectives dans la perspective de formuler des recommandations aux autorités compétentes, notamment la valeur ajoutée offerte par le CRFIM et le CRCO lors des opérations de recherche et de sauvetage de grande ampleur. Les participants ont également exprimé leur volonté de poursuivre ce type d’exercice d’état-major avec des scénarios définis conjointement par les deux centres régionaux et CRIMARIO.

Les 7 pays participants – les Comores, la France/La Réunion, le Kenya, Madagascar, les Maldives, Maurice et les Seychelles – ont mobilisé les administrations compétentes dans les opérations de secours en mer : outre les deux centres maritimes régionaux (CRFIM et CRCO), les participants appartenaient aux centres nationaux maritimes, aux garde-côtes, aux forces navales, aux affaires maritimes, aux centres de coordination des secours en mer (CROSS), et aux services de santé.